Ajuma un jour, ajuma toujours

Publié le par lostinseoul.over-blog.com

2-copie-6.jpgJe ne peux pas vivre en Corée sans écrire un mot sur les ajumas, qui en gros, signifie "femme mariée" en coréen, mais qui désigne en fait d'une manière générale toutes les femmes mariées coréennes ayant en gros dépassés l'âge de 40 ans. Rien de dégradant à l'origine dans le nom, sauf que désigner une jeune femme de 30 ans d'ajuma serait l'insulte suprême. Cela est sans doute dû d'une part au comportement, aux manières et d'autre part au style vestimentaire que les ajumas adoptent une fois qu'elles ont dépassé un certain âge.

Les jeunes femmes coréennes sont belles, élégantes, très fines, une belle peau, maquillage discret, longs cheveux soyeux, etc... Bref, elles prennent soin d'elles et le font savoir. Mais bizarrement, une fois qu'elles sont mariées (quoique ça tendance à changer avec les nouvelles générations) ou quelques années après la naissance des enfants, un changement physique et comportemental s'opère par quelque loi invisible de la société coréenne : la ajuma-isation !

 

IMG 8075Une ajuma a un style vestimentaire unique: d'abord, THE casquette, indispensable à leur garde-robe, avec une visière de 30 cms de long, et dès qu'elles tournent la tête vers vous, manquent de vous rendre aveugle. Les coréennes ont tellement peur des rayons du soleil qu'elles portent presque en permanence cette casquette interstellaire sensée les protéger des rayons et du bronzage paysan. Elles en ont une collection, rivalisant d'ingéniosité quant au design et aux couleurs, toutes plus kitschs les unes que les autres. La grande classe (avec les amies, on l'a même essayé pour la photo) ! Bien sûr, il ne faut pas non plus oublier la coupe de cheveux spéciale ajuma: avant la quarantaine, les femmes ont les cheveux longs, raides et soyeux. Passé l'âge, on coupe, et on fait friser, teindre et permanenter le tout, ça coûte moins cher et c'est plus pratique.

 

Dans le métro, elles sont la terreur des passagers, se ruant à l'intérieur des wagons, poussant sans ménagement les pauvres gens qui auraient l'indécence de se trouver sur leur passage, manquant de vous faire tomber, tout ça parce qu'elles ont repéré un siège vide, et qui évidemment, vu leur âge très avancé (40 ans...), leur est du. Parfois, elles jettent même leur sac sur le siège pour vous faire comprendre que la place est déjà prise. Donc, quand j'ai rarement la chance d'avoir une place de libre dans le métro et que je vois une ajuma qui se positionne en face de moi et me regarde d'un air plutôt malveillant, (au début je leur donnais gentiment la place, mais au bout d'un moment, j'ai compris que je n'aurai jamais un mot de remerciement) je fais comme tous les autres coréens, j'adopte la bonne tactique : je ferme les yeux et fais semblant de dormir..

 

3-copie-5Le week-end, elles se ruent toutes à l'assaut des montagnes environnantes de Séoul, comme si elles s'apprêtaient à escalader l'Everest, habillées des pieds à la tête comme des guides de montagnes professionnels : chaussures à crampons, bâtons de ski, sacs à dos North Face, piolet et gourdes d'eau remplies à ras bord... Evidemment, quand un étranger arrive à Séoul et prend le métro pour la première fois, il a du mal à comprendre pourquoi 50% des passagers semblent être des montagnards tout droits revenus d'une expédition de 3 jours dans les Alpes.. Comme ma fac est située au bord des montagnes, je dois prendre le bus et le métro avec tous les Séoulites qui ont décidé de passer leur journée libre à escalader, comme si il n'y avait pas assez de monde comme ça le matin dans les transports en commun...

Image-2-copie-5.pngVoilà, les "ajumas" sont tellement un être à part entière dans la société coréenne, qu'elles sont appelées le "troisième sexe", mais ceci dit, les mamans de mes colocs sont des ajumas, et pour savoir s'occuper de leur famille et de leurs amis, elles n'ont pas leur pareil. De véritables cuisinières (si vous aimez la cuisine coréenne), et prêtes à vous acheter des vêtements, vous les laver, nettoyer votre chambre, et se lever le matin pour vous préparer des sandwichs pour les cours à la fac...(selon mon humble expérience).

 

Pour terminer l'article, je cite la définition de Seoul-Style.com ainsi que quelques photos de ma collection prises par-ci, par-là dans les rues de Séoul :


 

254171138 1f556c1135Technically a woman becomes an ajuma once she is married. It’s like going from Mademoiselle to Madame.However, being an ajuma doesn’t just imply that you’re married. Once a lady becomes ajuma in Korean society, she is expected to follow a code of conduct appropriate for an ajuma. For example, at the urging of her ajuma friends, she may feel peer pressure to cut and perm her hair. Short hair is much easier to deal with when you have kids and when you are much older, permed hair supposedly gives your thinning hair the illusion of volume. A short permed hairdo also says to men: I am already spoken for, so don’t try to pick me up.” Ajumas wear their perms like a badge of honor and belonging. The perm says “I am a proud member of the ajuma club and I am proud to be no different from anyone else.” In the summer, it seems like all ajumas are wearing visors. Why is that? Apparently it’s because they don’t want to ruin their aging skin. They are also fearful of getting the low class “I’ve- been-working-out-on-the-fields” kind of tan.

While ajumas should, in effect, be respected for the sacrifices they’ve made for their families and children, the group, as a whole, has been the subject of much ridicule. Young Koreans have jokingly nicknamed ajumas “the third sex” because you can't tell if some of them are men or women. LOL!

Commenter cet article