Chuseok, le Thanksgiving coréen

Publié le par lostinseoul.over-blog.com

1-copie-2Hier, la Corée célébrait Chuseok (추석), une fête traditionnelle très respectée, et j'ai eu l'occasion de découvrir en quoi consistait cette journée, en tant qu'invitée chez la famille de Sookyung. On a droit à 3 jours de congé, mais c'était surtout hier, mercredi, que l'on célébrait cette fête des récoltes. C'est donc l'occasion de remercier la terre pour sa générosité et surtout de célébrer une sorte de cérémonie en l'honneur des ancêtres de la famille. Il n'y a pas de date précise sur le calendrier car c'est une fête de la pleine lune, donc Chuseok varie chaque année.

Photo100920_000.jpgSi l'on pouvait comparer à la France, Chuseok est un peu la fête de la Toussaint, où l'on va au cimetière pour se souvenir de nos morts le 2 novembre. Bien entendu, ici, ce n'est pas que réservé aux quelques croyants : tout le monde y participe, chaque génération se retrouve dans la famille du père. Et si il habite à des centaines de kilomètres de là où on habite, alors il faudra se déplacer. Ce qui évidemment engendre les fameux embouteillages de Chuseok dans tout le pays, et bien entendu Séoul. Cette année, ce fut encore pire, à cause des 256 mms de pluie qui se sont abattues sur la capitale (voir post précédent).

 

6-copie-3Bref, la famille de Sookyung est de Séoul, donc pas besoin de se déplacer trop loin, juste direction la banlieue sud tôt le matin. Elle habite avec sa grand-mère, ses parents et son frère, comme une véritable famille traditionnelle coréenne (mais qui a tendance à disparaître avec les nouvelles générations). La cérémonie d'offrande en mémoire du grand-père disparu quelques années plus tôt commence à 9h30 avec un énorme buffet préparé pour l'occasion : on allume des bougies, on sert un thé, et on dispose des baguettes sur quelques plats pour que l'esprit du défunt puisse profiter de la nourriture. Des prières sont lues, avec prosternations de chaque membre de la famille devant le buffet, puis chacun part se cacher dans l'une des pièces de la maison pendant quelques minutes (pourquoi ? je n'ai pas compris...) avant de se retrouver tous pour manger. Ce fut pour moi l'occasion de découvrir encore plus la cuisine coréenne : pour Chuseok, sa mère avait préparé de petits gâteaux de riz traditionnels en forme de demi-lune, très gluants et très "étouffe-chrétien" si je peux me permettre l'expression (voir photo ci-dessus).

 

8-copie-4.jpgLes cousins, oncle et tante sont alors arrivés pour se rendre tous dans un temple bouddhiste, où se trouvent les cendres de tous les ancêtres dans de petits tombeaux. L'endroit est évidemment bondé en ce jour de Chuseok. Toutes les familles viennent avec leurs victuailles (boissons, nourriture, semences) qu'ils disposent encore devant les cendres du défunt et une deuxième cérémonie commence : par la célébration de leurs ancêtres, ils veilleront sur eux ainsi que les prochaines récoltes à venir.

Chuseok n'est pas de tout repos. Sur ces 3 jours de congé, au moins deux seront consacrés au voyage et embouteillages, ainsi que la longue et laborieuse préparation (par les femmes) du repas. De plus, mondialisation oblige, tous les coréens ne sont pas en vacances. Dans l'après-midi, Sookyung et moi nous sommes rendues au nord de la capitale pour visiter exposition + palais + festival de musique et danses traditionnelles, et j'ai pu me rendre compte que la capitale fonctionnait comme d'habitude : transports, musées, magasins, etc...

 

7-copie-3.jpg Evidemment, une française pour Chuseok dans la famille de Sookyung, ce fut un peu la sensation du jour. J'avais pu m'en rendre compte avant, mais là j'ai vraiment expérimenté l'interrogatoire coréen. Les questions fusent : que fais-tu ? es-tu mariée ? des enfants ? As-tu un petit copain coréen ? Quel âge ? Quelles études ? Pourquoi es-tu ici ? et la fameuse question : aime-tu la nourriture coréenne ?... Ce qui pour nous européens, semblerait être très malpoli est au contraire ici considéré comme normal : cela permet de placer son interlocuteur sur une échelle sociale. Très curieuse, la famille de Sookyung fut d'un accueil et d'une gentillesse sans limites. Je suis repartie chez moi les bras chargés de victuailles et de quoi me nourrir pour la semaine à venir...

Commenter cet article