Corée, la puissance cachée : un reportage de France 2

Publié le par lostinseoul.over-blog.com

Je crois qu'il serait judicieux de mentionner dans ce blog le très remarqué documentaire "Un oeil sur la planète" de France 2, diffusé au début de l'année, il me semble, et consacré à la Corée du Sud. C'est par mes amis coréens que j'en ai entendu parler : l'équipe française n'est pas passée inaperçue dans la capitale !

Un documentaire remarquable de 1 heure et 48 minutes, nommé "Corée : la puissance cachée" que j'ai pu regarder sur le site de France 2. Divisé en quatre parties, il tente de donner aux français une autre image de la Corée, mais surtout de Séoul. Si vous avez le temps et de l'intérêt pour ce pays (ce qui est probablement le cas si vous lisez ce blog), vous serez très bien informés par ce documentaire, très complet, qui ne tombe pas dans l'apologie du miracle coréen, ou n'adopte jamais un ton moqueur ou ironique. Il se base sur l'histoire, des chiffres, des témoignages de coréens ou d'expatriés, des faits réels, bref, j'ai retrouvé dans ces deux heures de reportage ce que je vis presque au quotidien.

 

La première partie est consacrée au miracle Samsung. Pas très surprenant : comment pourrait-on aborder le miracle coréen sans mentionner l'entreprise, qui fait la fierté de ses habitants ? Un petit commerce de produits alimentaires, fondé en 1938 par Lee Byung-Chull et devenu quelques décennies plus tard un chaebol, terme coréen pour désigner ces conglomérats comme seul le pays sait en produire (LG, Hyundai, Lotte...). Samsung (삼성), qui signifie "Trois étoiles", avait dès le départ des objectifs pour le moins très ambitieux : devenir grand, devenir fort, durer éternellement.

Aujourd'hui, Samsung représente 1/5ème de l'économie du pays. Rien de très étonnant : quand on débarque en Corée, on se rend vite compte que Samsung n'est pas seulement l'entreprise d'électronique connue en Europe. Elle est bien plus que ça : banque, mode, assurances, sécurités, industrie lourde, construction de bateaux, engineering, hôtels, transports, immeubles et logements, BTP (c'est elle qui a construit la tour la plus haute du monde, le Burj Khalifa à Dubaï), etc... Le groupe est partout, il semble diriger la vie quotidienne du pays.

 

20090930182128336.jpegSelon le documentaire, tous ses habitants rêvent d'y entrer. Je n'ai pas toujours entendu ça. Mes amis, mes étudiants m'ont parfois affirmé le contraire. La réalité est plus complexe : jeune diplômé, on rêve souvent d'intégrer l'entreprise Samsung pour faire la fierté de sa famille, mais c'est aussi un sacrifice. Longues heures, parfois 12h par jour, travailler le samedi, travailler tard le soir, voire la nuit, renoncer à une vie de famille et sociale pour se consacrer entièrement à la réussite du groupe. C'est vrai pour Samsung, mais c'est aussi vrai pour beaucoup d'autres grandes entreprises du pays.

L'équipe de télévision de France 2 a pu entrer dans une des 8 villes Samsung du pays, la plus prestigieuse, car consacrée à l'électronique : Suwon (수원), située au sud de la capitale. Je n'en dis pas plus sur le sujet, car je pense que le documentaire donne très bien un aperçu de la vie menée par ses habitants dans cette ville dans la ville. Du point de vue français, c'est peut-être effrayant, mais du point de vue coréen, la vie dans l'entreprise inspire fierté et prestige.

 

naver.jpg"Un oeil sur la planète" aborde également le KTX (Korea Train eXpress), acheté à la France en 1994 et aujourd'hui pris en charge en partie par l'autre chaebol Hyundai, mais aussi l'indépendance de la Corée en matière d'innovation dans les interactive digital medias : pourquoi utiliser Google, quand on a développé soi-même son propre moteur de recherche, Naver (네이버), conçu par des ex-employés de Samsung (encore...). Et avant Facebook, ils avaient déjà leur réseau social en ligne, CyWorld. Avant Hotmail, ils utilisaient Daum pour leur messagerie informatique. Une véritable capacité d'innovation, qui s'exporte dans le monde entier, sans qu'on s'en rende compte : saviez-vous qu'Apple se fournit chez Samsung pour équiper ses iPhones en puces, cartes mémoires et autres nano-technologies de stockage ? Et que LG est le fournisseur officiel des écrans OLED de l'iPod touch et du tout dernier iPhone 4, un partenariat que mon ami Yung (qui travaille au service Product Design de LG) ne manque pas de me rappeler avec fierté à chaque fois que je le vois...? Les entreprises coréennes sont partout dans notre vie quotidienne, en Europe et dans le monde entier, sous nos yeux, mais nous n'en avons pas vraiment conscience. D'ailleurs, il n'y a pas d'Apple Store à Séoul, et comment s'en étonner, quand on sait l'influence qu'a Samsung sur son propre territoire ? 

 

Cette première partie consacrée à l'économie du pays se termine par une séries de chiffres : un PIB qui a été multiplié par 400 entre 1960 et 2000, une croissance de 8% sur les 30 dernières années, etc... Une volonté de se surpasser dans ce pays à la géographie peu propice au développement, et qui s'est donc orienté vers l'exportation de ses produits, des générations sacrifiées (plus fort taux de suicide au monde), des jeunes qui ne dorment pas, des employés qui ne prennent pas leurs vacances car mal vu par le patron et les collègues (fait confirmé par mon amie SookYung, mais vrai pour les tous jeunes employés des grandes entreprises, ils préfèrent être payés)... 

Cliquez sur ce lien pour accéder à la vidéo : http://oeil-sur-la-planete.france2.fr/?page=emissions&id_rubrique=50.

Prochain post consacré aux trois autres parties du documentaire : histoire et guerre, vague culturelle coréenne, religion.

Commenter cet article