Gwanak-San ou l'appel de la nature 난 산에 가서 !

Publié le par lostinseoul.over-blog.com

PA230095Hier, je me suis adonnée à l'activité préférée des Séoulites et ajumas : la marche en montagne ! La Corée est un pays au relief très montagneux et Séoul n'est pas épargnée (certains l'appellent même la San Francisco asiatique...mais la comparaison s'arrête là !). Après 2 mois à voir débarquer au pied des montagnes environnantes par le métro des milliers de Séoulites habillés comme des guides de montagne à l'assaut de l'Everest, j'ai décidé de tenter moi-même l'expérience. Après tout, j'ai déjà fait 2x4000 mètres avec mon petit Papa, je peux bien faire les collines de Séoul (Gwanak-San = 629 mètres). Bien sûr, je ne suis pas allée investir tout mon argent dans un équipement de montagnard comme les Coréens, je me suis contentée de mes chaussures de jogging et pantalon Nike, un tee-shirt quelconque et une veste Gap, rien d'extrême. Et puis, comme je n'ai pas ramené de sac à dos ici, je transporte ma bouteille d'eau à la main... Tout ça n'a pas manqué de faire sourire les Coréens que l'on a croisé sur notre chemin, avec ma courageuse Marketa !

4-copie-4.jpg 

Et bien, on a mis 2-3 heures pour atteindre le sommet de Gwanak-San, la montagne qui est au pied de notre campus (pratique!), après plusieurs pauses pour reprendre notre souffle d'étudiantes-citadines et aussi - surtout - admirer la vue sur Séoul que l'on a de ces hauteurs. Et là, j'ai enfin compris pourquoi la marche en montagne est un sport si prisé ici. Au début, on ne comprend pas vraiment leur passion, leur envie, leur besoin de partir à l'assaut des hauteurs. 

Et puis finalement, une fois qu'on a soi-même tenté l'expérience, on prend conscience de la beauté des montagnes et de la nature, et surtout du calme qui règne : plus de klaxons, voitures, bus, taxis fous, motos... Juste la nature et nous. Vivre en Corée, c'est comprendre et partager ce passe-temps, ce souhait de marcher, de décrire la beauté des paysages, de la nature qui, après l'urbanisme étouffant de Séoul, nous paraît si précieuse... Ici, c'est l'automne, et les couleurs des arbres changent, et sont d'une beauté rare. De plus, une fois qu'on a marché une ou deux heures, on se retrouve suffisamment haut pour avoir une vue à couper le souffle sur la capitale, qui s'étend à perte de vue sur des kilomètres, et le nuage de pollution flottant au-dessus de la capitale nous empêchant de distinguer les frontières de la ville. Effrayant ! Ca m'a rappelé la vue sur Los Angeles des hauteurs de Mulholland Drive. Puis, on se rend compte que Séoul n'est pas une belle ville, au sens architectural : des tours d'immeubles en veux-tu en voilà, peu de points de repères, du traffic, des bouchons, aucun parc, etc... Séoul ne s'admire pas, elle se vit. Mais à un moment donné, on sent le besoin pressant d'échapper à tout ça, les gens, la pollution, le bruit, les voitures, le métro...et du coup, le seul moyen le plus près et accessible sont les nombreuses montagnes qui nous entourent.

3-copie-6Voilà, marcher en montagne à Séoul répond non pas tellement à la recherche de performance mais plutôt au besoin d'échapper à la ville et ses grands ensembles immobiliers et de retourner à la nature : les montagnes sont toujours un lieu très sacré en Corée. Maintenant, je serai plus tolérante vis-à-vis des Séoulites montagnards avec qui je dois partager chaque matin très tôt les bus et métros (déjà assez remplis en costard-cravates comme ça)...

Commenter cet article