Le poids de la religion

Publié le par Lost in Seoul

divers-3227.jpgParler de la religion en Corée n'est pas une mince affaire, quand on sait l'impact qu'elle a sur la société contemporaine. Le documentaire de France 2 a décidé de s'attaquer au sujet dans sa dernière partie, nommée 'Des hommes et des Dieux'. C'est sans doute le sujet qui m'a le plus intéressé car j'ai beau habiter dans le pays, j'ai du mal à comprendre parfois l'origine, l'influence et la présence de religions comme le catholicisme ou protestantisme, qui n'ont à l'origine rien à voir avec l'histoire du pays. C'est que le bouddhisme n'est plus la religion principale, et est incontestablement en perte de vitesse face à l'agressivité des chrétiens.

Oui, on se rend vite compte de la puissance des nouvelles religions dans le pays où les horribles croix en néon (rouge pour catholique et blanc pour protestant) en haut des temples et églises poussent comme des champignons. Les chrétiens sont désormais plus nombreux.

 

Même si le catholicisme est arrivé dans le pays il y a 2 siècles par des missionnaires français, le changement a été opéré majoritairement après la Guerre de Corée. Il correspond avec une volonté de changement de la population, appauvrie mais avide d'apprendre et de grandir économiquement. Les nouvelles religions chrétiennes, amenées par les Etats-Unis, représentaient la modernisation du pays. 

 

seo51.jpgAujourd'hui, certaines églises sont bien implantées et très influentes, même au niveau politique. Le président et ex-maire de Séoul, Lee Myung-Bak, est un protestant engagé qui attribue son succès et son élection à la volonté de Dieu. Ses discours sont d'ailleurs parfois écrits par des révérends respectés. Ce n'est pas sans rappeler un certain Bush... 

La plus grande paroisse du monde, selon "Un oeil/la planète", se trouverait à Séoul : "La pleine Eglise d'évangile de Yeouido", fondée en 1958, et compte aujourd'hui plus de 800.000 fidèles et des milliers de croyants se rendant à la messe chaque dimanche, retransmise en direct sur internet, radio, télé et traduite en plusieurs langues.

 

sun-myung-moon.jpgLe Pentecotisme est aussi très présent. Et on n'oublie pas les Témoins de Jéhovah, ou encore l'Eglise de la Réunification, la fameuse secte Moon (fondée par Sun Myung Moon), connue pour ses mariages collectifs (30.000 en 1992 à Séoul). Du point de vue français, on penserait immédiatement que beaucoup d'églises ici sont des sectes car beaucoup d'argent est en jeu. En fait, c'est perçu différemment : chaque paroisse est un peu comme une entreprise familiale, de père en fils, et les paroissiens doivent souvent donner 10% de leur salaire chaque mois à l'église. C'est ce qui est annoncé dans le documentaire, et c'est aussi le cas d'une de mes étudiantes (dans les 200 euros par mois va directement à sa paroisse). En plus de donner de l'argent (et ce n'est pas facultatif !), elle doit consacrer beaucoup de son temps libre à la paroisse : activités, prières, réunions... Un véritable engagement.

 

La liberté d'expression et de religion est très grande en Corée, ce qui peut parfois amener à des dérives, et beaucoup de prosélytisme. Si vous vous promenez dans Myeong-Dong, LE quartier du shopping de Séoul, avec ses grandes enseignes internationales, vous êtes au coeur de la société de consommation coréenne. Une cible parfaite pour ceux qui cherchent à vous "ramener dans le droit chemin". Il n'est donc pas étonnant de prêcher dans la rue, de se faire accoster, de se voir donner des prospectus douteux, d'entendre crier dans des haut-parleurs des adeptes de telle église, avec des messages et images franchement extrêmes parfois. Les catholiques aiment se différencier à ce niveau-là : "la foi ne doit pas naître par la force, c'est la différence entre les catholiques et les protestants" explique une catholique de Séoul dans l'émission.

 

divers-8113.JPGLe problème est que les chrétiens coréens sont souvent admirablement persévérants et cela fait maintenant 3 mois que je reçois régulièrement des coups de fil d'une adepte d'une église quelconque rencontrée dans le métro, qui m'avait fait un speech impressionnant. Elle fut particulièrement insistante la veille et le jour de Noël, m'appelant une bonne dizaine de fois dans la journée pour que je me rende à leur messe...sans succès. J'ai beau lui dire que je ne suis pas intéressée, elle continue. Et je ne compte plus les tracts reçus par des ajumas dans le métro : elles en ont en permanence dans leur sac, écrit en anglais rien que pour les étrangers comme moi. Quelle chance !

 

Et le prosélytisme ne s'arrête sûrement pas aux frontières du pays : la Corée du Sud vient juste après les Etats-Unis en nombre de missionnaires évangéliques dans le monde. Il y aurait tant de choses à dire sur le sujet, mais ça mériterait presque un livre donc je vais m'arrêter là, en espérant avoir complété le documentaire, que je recommande vivement !

Commenter cet article

Antoine Barral 18/08/2011 16:17


ça fait froid dans le dos, encore un pays où je ne mettrai jamais les pieds, avec les USA et l'Arabie Saoudite, entre autres...