Le tourisme médical se développe

Publié le par lostinseoul.over-blog.com

J'ai beaucoup entendu dire que, et moi-même je le pense, les femmes coréennes sont très belles. Mais j'ai appris à voir cette beauté sous un angle différent lorsque j'ai vite remarqué l'omniprésence des publicités pour se refaire une partie du corps, partout dans les transports en communs, la rue, les médias, etc... Bienvenue en Corée, le paradis de la chirurgie esthétique. Je crois qu'il était temps de vous en parler, car c'est un aspect de la société très connu désormais.

Parfaitement acceptée dans une société jusqu’à présent très traditionnelle et plutôt policée, trop acceptée, même… Passer la porte d'un chirurgien, c'est bien vu, la routine quoi ! En 2007, un sondage montre que 8 femmes sur 10 en Corée ressentent le besoin de passer par la chirurgie et 1 femme sur 2 a déjà subi une opération. En 2009, un autre sondage prouve que 76% des femmes dans leur vingtaine sont passés à l'acte. Les raisons invoquées ? Aider à trouver un emploi, influence des amis ou des stars coréennes, paraître plus jeune.

L'apparence compte énormément ici. D'ailleurs, la Corée est le premier consommateur de cosmétiques au monde. Il existe plusieurs raisons à ce phénomène d'apparence, qui, il faut bien avouer, choque toujours un peu les occidentaux. Il est vrai que la Corée est un pays fier, avec la notion de "sang coréen" (le racisme est bel et bien présent, et même les coréens adoptés qui reviennent au pays ne seront jamais considérés comme tels) et un sentiment nationaliste très ressenti par les étrangers. Et cela passe aussi par la beauté physique. Les femmes coréennes, toutes très minces, sont victimes de la modernisation (trop) rapide du pays : 19.2% sont sous-alimentées. Et puis, les critères de la beauté occidentale sont très véhiculés ici : longues jambes, poitrine avantageuse et grands yeux. Ils ont aussi développé leurs propres critères, comme la peau très claire, synonyme de richesse et d'aisance. Les coréennes fuient à tout prix le soleil (ce qui explique l'origine des énormes visières portées par les ajumas) et les marques cosmétiques recommandent aux femmes de porter de la crème solaire tous les jours, même en hiver. Car avoir la peau bronzée ici signifie venir de la campagne, donc travailler dans les champs, donc être pauvre...

feminin.jpg

Les femmes sont aussi victimes du poids des traditions de la société coréenne, dont le mariage, une valeur importante (la Corée est pays de tradition confucianiste). Même si le divorce est de plus en plus commun, il n'en reste pas moins qu'une femme non-mariée ici est presque synonyme d'échec (même si les mentalités évoluent). Alors, pour trouver un bon parti, on étudie beaucoup et si possible dans une université prestigieuse (donc chère) même si on n'a aucunement l'intention de travailler un jour, du moment qu'on peut prouver aux hommes qu'on est intelligentes (et riches).

Aussi, on n'hésite pas à aller chez le docteur se faire refaire le nez, la bouche ou les yeux pour trouver chaussure à son pied ! Les familles s'en mêlent bien souvent : 25% des mères coréennes qui ont une fille âgées de 15 à 16 ans suggèrent voire encouragent la chirurgie plastique pour leur fille. Un anniversaire, un diplôme reçu sont souvent récompensés par une petite opération des paupières (les yeux 'occidentaux' sont considérés plus esthétiques que les yeux bridés). Il n'est donc pas si rare de voir dans la rue des jeunes filles la tête couverte de bandages, mais n'ayant pas l'air si malades que ça (elles font du shopping!).

Dans cette société sexiste (je suis dure mais c'est bien vrai), les hommes ne sont pas non plus épargnés par le phénomène : ils sont évidemment de gros consommateurs de cosmétiques, bien plus qu'en Europe ou USA. D'ailleurs, ici, moins on est viril, plus on est séduisant (au regard des coréennes), comme le prouve les nombreuses publicités du quotidien, où je me demande souvent si c'est bien un homme sur la photo... La Corée semble être le pays des métrosexuels, qu'on appelle ici "bishie", qui acceptent sans problèmes leur côté féminin pour le tourner à leur avantage.

masculin.jpg

En dehors du mariage, il y a aussi une triste raison pour laquelle on a recours à la chirurgie : la discrimination à l'embauche. Environ 31% des demandeurs d’emploi ont déclaré qu’ils étaient près à subir une chirurgie plastique. dans les CV envoyé aux entreprises, 80% de ces dernières demande photo, le poids et la taille du candidat.

Comme souligné précédemment, l'apparence compte énormément, et une manière de s'en rendre compte est d'allumer la télé et de regarder tous ces groupes de pop, comme on en a connu il y a une dizaine d'années en Europe. Ici, c'est toujours d'actualité et pas prêt de rendre l'âme : ces jeunes idoles sont un pur "produit de consommation" fabriqué de A à Z par les grandes agences de marketing du pays et serviront ensuite à vanter les mérites des nouveaux produits lancés sur le marché : portables, ordinateurs, tv... Les coréens savent très bien comment ces stars sont fabriquées mais pour une raison qui m'échappe complètement, adhèrent à 200% à ces icônes de mode artificielles.

L'antropologue coréen de l'université d'Ewha Choi Jun-Sik explique l'importance du phénomène par un manque de confiance en soi, un profond désir de se fondre dans la masse, de se conformer et peut-être aussi par l'histoire de la Corée : les multiples invasions japonaises et américaines.

Bref, pour toutes ces raisons et bien d'autres, la Corée est devenu un des leaders dans le domaine de la chirurgie esthétique et a su attirer des clients du monde entier : on appelle ça le "tourisme médical". Il y a plus de 1300 chirurgiens esthétiques rien que dans Séoul. D'ailleurs, le quartier de ApguJeong est spécialisé dans le domaine, et sa station de métro est littéralement tapissée de pubs vantant les mérites de la chirurgie. Les opérations les plus communes ? La rhinoplastie (le nez occidental est pris comme modèle - d'ailleurs, on me complimente ici très souvent sur mon nez ??!!), la blépharoplastie évidemment (débridage des yeux), la chirurgie des mollets, la liposuccion ou encore la dépigmentation, sans compter les implants mammaires et capillaires.

Tout est fait pour encourager la dépense : prêts bancaires, pas d'âge minimum. Jusqu'en 2002, on distribuait des coupons de réduction sur des interventions  ou une chaîne de pompes à essence pouvait encore offrir un « rabotage » du menton comme premier prix d’un concours jusqu'à ce qu'une loi décide de réglementer très strictement la publicité pour les cliniques et autres praticiens..

ad.jpg

Pour ceux qui sont curieux du phénomène, je recommence de regarder le film "200 pounds beauty" qui donnera un aperçu de l'impact de la chirurgie esthétique dans la société coréenne. Ce qui nous fera sourire, c'est de savoir que l'actrice principale, Kim Ah Joong, est elle-même bien connue pour être passée plusieurs fois par la chirurgie.

Il serait bien évidemment possible d'écrire un livre sur le sujet, mais j'espère avoir pu donner un aperçu de l'ampleur du phénomène...

Commenter cet article